LETTRE OUVERTE Organe officiel de l’U.E.D.E.C.C.

N° SPECIAL CHATS EDITION FRANCE

NECROLOGIE

DECES DU MONDE FELIN FRANÇAIS

Oui, vous avez bien lu, le monde félin français est en deuil avec la promulgation du décret relatif à la tenue des livres généalogiques pour les espèces canine et féline pour la promotion et l’amélioration des races de ces espèces.

Avez-vous eu connaissance de ce document de 15 articles ?

Si oui, vous avez pu vous rendre compte des dégâts que ce décret va occasionner en remodelant le paysage félin actuel dans une nouvelle structure encore plus despotique qu’auparavant imposée par un monopole exaspérant tant au niveau des clubs que des éleveurs. C’est à ce demander si le quatrième Reich n’est pas en mouvement !

Si non, nous pouvons vous dire que le monde félin est actuellement en marche pour se retrouver totalement isolé du reste du monde par ces agissements intempérants.

Nous nous devons d’y aller de nos commentaires en vous éclairant sur les conséquences indirectes auxquelles vous n’aviez pas très certainement pas songé en lisant ce décret.
Comme d’habitude et comme cela est de bonne notoriété, un monopole est encore imposé pour la tenue d’un registre généalogique unique tant chez les chiens que chez les chats. Il est à noter que cela est contraire à la législation européenne en vertu de l’article 3 du Traité surtout au moment où l’on libéralise tous les services comme cela est le cas pour la téléphonie et le sera dans un avenir assez rapproché pour l’électricité.

Ici, et j’insiste bien sur le fait que le décret se base et se retranche sur la fameuse Directive européenne 91/174CEE qui a été mal interprétée par une personne qui voulait très certainement se mettre en valeur et en retirer un profit.
En effet, nous avons la preuve écrite de la Commission européenne de la Protection des Consommateurs nous signifiant bien que cette Directive n’était pas applicable pour les chats car aucune modalité d’application n’avait été prise sur ce point. Nous pouvons d’ailleurs vous prouver la chose et il nous est même notifié que les législations nationales restent applicables dans le plus grand respect des dispositions générales du Traité.
A ce sujet, nous devons constater que la France ne tient pas compte de cette considération ces dispositions dans de nombreux articles du décret vu qu’il reprend à diverses reprises les termes « des associations des autres Etats membres ou des pays tiers, dont le livre généalogique est reconnu par le ministère de l’agriculture » (articles 3, 7, 8 point IV et 13).
Nous nous faisons fort de vous informer qu’à l’heure actuelle, aucun registre généalogique pour les chats n’est reconnu dans tous les autres Etats membres de la zone Europe et cela, ce n’est pas nous qui le disons mais bien Monsieur Jean GLAVANY qui nous en a fait part dans un courrier qu’il nous a adressé dans son temps. Il s’avère également que dans les autres pays dit tiers, il n’existe non plus de livre généalogique agréé comme cela est notamment le cas en Suisse où clubs FIFE et indépendants ont toujours leurs propres registres. Alors…

Que devons-nous en conclure ?

Nous crions bien haut que la France s’est isolée totalement du reste du monde félin et est ainsi déclarée décédée par ce dernier pour ses extravagances puisque si l’on tient compte du décret qui vient d’être promulgué, nous devons en retirer les conclusions suivantes.
Tout d’abord, les exposants français ne peuvent plus aller exposer à l’étranger en vertu de l’article 3 du décret qui signifie que les titres ne seront reconnues que pour les manifestations organisées par des associations des autres Etats membres ou des pays tiers, dont le livre généalogique est reconnu. Motif : voir ci-dessus.

Les clubs félins français ne peuvent plus accepter dans leurs expositions des chats dont le pedigree n’est pas reconnu pour les raisons invoquées au paragraphe précédent. Gare aux quelques finances auxquelles pouvaient encore prétendre les associations qui s’étaient déjà vus amputés de leurs registres généalogiques.

Les éleveurs français ne peuvent plus acquérir un chat à l’étranger et ce, toujours pour les mêmes raisons vu que le décret en fait part dans son article 7 qui fait mention des modalités d’inscription au livre généalogique français. On peut également y lire qu’au titre d’importation, quand il s’agit d’animaux destinés à la reproduction en France et inscrits sur un livre généalogique reconnu par un Etat membre de l’Union européenne. Là aussi, nous ne pouvons réitérer que ce qui nous vous notifions ci-avant. A moins que pour le pognon, on ferme les yeux et qu’on fasse une exception en procédant au transfert du pedigree étranger non reconnu.

Nous allons donc adresser un courrier dans ce sens à monsieur Hervé GAYMARD, votre Ministre de l’Agriculture pour qu’il fasse respecter la législation de son décret dans les moindres détails.

Que diable, êtes-vous européen ou non ? Pourtant, vous avez accepté d’en faire partie suite au référendum du 20 septembre 1992 (vous pouvez vérifier la date) en disant oui afin de pouvoir bénéficier des avantages de la Grande Europe. Mais qu’en est-il dans la réalité ? Réfléchissez bien !
Cependant, ce oui vous ouvrait de nombreuses portes en ce sens que vous pouvez profiter principalement des nombreux articles 3 du Traité dont la liberté d’établissement ainsi que de la libre circulation des personnes, des marchandises, des capitaux et des services.
Au sujet de ce dernier point, dans un courrier daté du 01.02.2002 (lettre à votre disposition), Monsieur GLAVANY nous signifiait bien qu’il est possible de faire établir un pedigree pour un chat né en France, par un organisme d’un autre Etat membre, mais si cet organisme n’est pas habilité par l’autorité compétente de l’Etat membre en question (toujours le même refrain), l’animal ne pourra pas être dénommé « chat de race » lors de la cession en France. Cela est un faux semblant de liberté que le Ministère accepte d’accorder pour ne pas se mettre en illégalité vis-à-vis de la législation européenne. Comment appelez-vous cela ? Pour nous, c’est de la discrimination camouflée.

Et dire que le peuple français s’est battu pour obtenir cette liberté en prenant la Bastille !… A croire qu’il a pris pour animal fétiche le crocodile avec sa grande gueule et ses courtes pattes. Remuez-vous donc tant qu’il n’est pas encore trop tard de réagir.

Non, nous pouvons encore faire bouger les choses mais seulement, nous avons besoin de votre appui et n’hésitez donc pas à nous communiquer votre vox populi en nous transmettant vos avis et vos idées mais également les problèmes que vous avez pu avoir vis-à-vis du LOOF à nos coordonnées reprises dans l’en-tête de cette missive. Il va de soi que tout courrier que vous pourriez nous adresser restera strictement confidentiel.

Notre but est avant de vous aider à surmonter dans le plus grand respect des législations cette période de transition très importante dans l’intérêt général du monde félin français et ce, sans but de lucre. Nous clôturerons en vous annonçant que nous sommes à même de pouvoir encore modifier les dispositions mises en place et que nous avons la clé du problème mais cela ne dépend que de vous pour que nous la faisions tourner dans la serrure adéquate pour un monde félin français meilleur.

A très bientôt peut-être et félinement vôtre,
HONORE Ghislain
Président de l’U.E.D.E.C.C.

P.S. : vous pouvez trouver le texte du décret mentionné dans cet article à l’adresse :
http://dolores.bauchet.free.fr/decret2002.htm

ECRIVEZ-NOUS
Chez nous, tout le monde est le bienvenu et est considéré à sa juste valeur et en toute impartialité quelque soit ses opinions ou ses appartenances au monde du chat.


Si vous avez des questions ou que vous désirez en savoir plus sur nos activités, vous inscrire pour être repris gratuitement dans les annuaires des éleveurs, n’hésitez pas à nous contacter et cela sera toujours pour nous une immense joie que de répondre à vos demandes. Pour nous contacter :

uedecc@webmails.com
ou
uedecc01@yahoo.fr

N’hésitez pas non plus à faire part de cette lettre à vos connaissances et nous vous en remercions d’avance.