MIEUX VAUT PRÉVENIR QUE GUERIR

La prévention de l'obésité est simple si votre chat a tendance à grossir, réduisez immédiatement de 10 ou 20 % la quantité distribuée ou donnez des aliments moins énergétiques : ce résultat s'obtient en ajoutant au repas habituel des carottes, des haricots verts, des poireaux ou des courgettes : ces légumes apportent du lest et, étant peu appréciées des chats, diminuent l'appétence du repas. Vous pouvez aussi, avec avantage, vous tourner vers les aliments industriels allégés; parfaitement composés et assez appétents, ils permettent de maintenir un certain volume d'aliments, ce qui est important pour la satiété du chat, tout en réduisant imperceptiblement les apports énergétiques.

Ne vous fiez pas à votre estimation de la silhouette de Minet ni à la quantité de nourriture avalée. Si vous avez un doute sur l'embonpoint de votre compagnon félin, un seul juge de paix: la balance. Les chats de moins de 5 kg s'habituent très bien à caser leurs 4 pieds dans le plateau d'une balance de cuisine ; pour les poids-lourds, on peut procéder par double pesée à l'aide d'un pèse-personnes précis ( aux 200 grammes ou mieux ) : le maître se pèse avec son animal dans les bras, puis seul, et effectue la soustraction.

L'obésité installée est difficile à traiter chez le chat, essentiellement parce que cette espèce ne tolère absolument pas le jeûne ( voir encadré ). Les anorexigènes à usage humain sont non seulement inefficaces mais encore contre-indiqués dans l'espèce féline.

Il est très difficile pour un maître de composer lui-même une ration qui soit à la fois efficace et acceptée par son chat. Cette ration devra être pauvre en énergie, tout en respectant les apports de protéines, minéraux et vitamines. L'attrait du chat pour son diner étant directement fonction de sa teneur en matières grasses de bonne qualité, le menu de régime sera vraisemblablement assez mal accepté ( ce qui va dans le sens de l'amaigrissement souhaité mais culpabilise énormément le maître!

Le Professeur Wolter, dans son livre Le diététichat Editions De Vecchi donne deux exemples de ration pour chat obèse:

1) 30 g de viande de bœuf maigre, 30 g de fromage blanc maigre, 60 g de haricots verts, 10 g de riz cuit, 1 cuillerée à café d'huile, 1 cuillérée à café de levure, 1 cuillerée à café de complément minéral et vitaminé;

2) 80 g de morue, 30 g de lait écrémé, 80 g de haricots verts, 10 g de riz cuit, 3 cuillerées à café du menu précédent.

Pour les maîtres occupés ou ayant peu de goût pour la popote, il existe heureusement des aliments industriels hypoénergétiques pratiques et bien acceptés des chats. Ces produits, proposés par divers fabricants, sont généralement d'excellente qualité et parfaitement composés. Ils se présentent sous forme de conserves ou d'aliments secs ( croquettes ). Les chats difficiles acceptent souvent mieux les produits humides ( pâtées en boîtes les aliments en croquettes sont pratiques car ils ne s'altèrent pas à la chaleur si Minet les boude un peu les premiers temps. Les doses à proposer sont indiquées sur les emballages par les fabricants ; elles sont variables suivant les produits. Ces produits sont des aliments complets : ils peuvent et doivent être donnés de façon exclusive, sans ajoût d'autres aliments ni, surtout, de gâteries ou de restes de table qui anéantiraient le bénéfice espéré du régime.

Quel que soit le type d'aliments choisi, pensez à surveiller si le chat se nourrit quelque peu. Comme toujours lorsqu'on modifie l'alimentation, introduisez progressivement le nouvel aliment. Quelques accomodements sont permis pour faire accepter le nouveau régime : faire chauffer la ration, ajouter un peu de viande hachée si le chat l'apprécie, ou quelques miettes de levure ou de lait en poudre... Mais ces subterfuges ne peuvent être que temporaires.

La perte de poids à rechercher ne doit pas dépasser 3 % par semaine au début, puis 2 % par semaine du poids initial, toujours selon le Professeur Wolter; un amaigrissement plus rapide risque de provoquer des troubles métaboliques.

Il est plus difficile de faire maigrir un chat obèse que de lui conserver d'emblée une jolie silhouette ; dès son plus jeune âge, soyez attentif à son alimentation et ne tentez pas de lui prouver votre affection en le gavant : ainsi vous conserverez longtemps le plus joli des compagnons félins, et quand il aura atteint le troisième âge tout le monde vous fera compliment de sa bonne forme.

ATOUT CHAT N° M118 Mai 1997 Dr- Kretz